marți, 30 noiembrie 2010

Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux!

Mme Martin: Ça m’a donné froid dans le dos…
M. Martin : Il y a pourtant une certaine chaleur dans ces vers…
Le Pompier : J’ai trouvé ça merveilleux.
Mme Smith : Tout de même…
M. Smith : Vous exagérez…
Le Pompier : Écoutez, c’est vrai… tout ça c’est très subjectif… mais ça c’est ma conception du monde. Mon rêve. Mon idéal… et puis ça me rappelle que je dois partir. Puisque vous n’avez pas l’heure, moi, dans trois quarts d’heure et seize minutes exactement j’ai un incendie, à l’autre bout de la ville. Il faut que je me dépêche. Bien que ce ne soit pas grand-chose.
Mme Smith : Qu’est-ce que ce sera? Un petit feu de cheminée?
Le Pompier : Oh même pas. Un feu de paille et une petite brûlure d’estomac.
M. Smith : Alors, nous regrettons votre départ.
Mme Smith : Vous avez été très amusant.
Mme Martin : Grâce à vous, nous avons passé un vrai quart d’heure cartésien.
Le Pompier
, se dirige vers la sortie, puis s’arrête : A propos, et la Cantatrice chauve ?
Silence général, gêne.
Mme Smith : Elle se coiffe toujours de la même façon !
Le Pompier : Ah ! Alors au revoir, Messieurs-Dames.
M. Martin : Bonne chance, et bon feu !
Le Pompier : Espérons-le. Pour tout le monde.


(Eugen Ionescu - La cantatrice chauve. Parce que l'absurde n'est pas de l'absurdité, c'est de la vérité. Et pour la première fois, je suis heureuse que Ionescu a écrit en français.)

duminică, 28 noiembrie 2010

...and winter in Old York

N-as putea trai intr-un loc unde copacii nu-si pierd frunzele, unde peisajele arata mereu la fel. Am nevoie de schimbarea anotimpurilor, de ciclicitate... asa ca ma bucura nespus faptul ca, de joi incoace, a venit iarna in York. Ninge de cateva ori pe zi si a fost destul de frig cat zapada sa se aseze si sa se batatoreasca, ajungand acum in acea minunata stare in care scartaie sub bocanci. Ca un copil mare ce sunt, nu-i pot rezista, asa ca am iesit de doua ori la plimbare azi: o data pe la pranz, tocmai cand ningea mai tare, de m-am trezit cu o cusma de fulgi in cateva minute, iar orasul mirosea a cafea proaspat macinata; apoi seara, cand incepuse sa viscoleasca, era pace pana si-n cimitir, iar strazile miroseau a iarba, understandably. Gasesc ca e tare frumos: in afara de Minster, parca au fost rotunjite toate colturile din oras. Pana si casele victoriene si-au pierdut din severitate sub zapada, iar seara le-am fotografiat intr-o frumoasa tenta galbuie. Acum mai vreau doar castane coapte si patine si manusi noi si vin fiert si...
Desigur, englezii nu-mi impartasesc entuziasmul hibernal. Sunt de-a dreptul infricosati de cei cinci centimetri de zapada de pe carosabil si, cand nu se ascund sub plapumi si printre cani de ceai, ataca inamicul cu pluguri si multa sare... reactie exagerata fata de ceea ce e doar o alta forma de ploaie. In concluzie, m-am simtit foarte curajoasa azi. Si est-europeana.

duminică, 14 noiembrie 2010

Autumn in Old York

A doua mea toamna in York este mai mult mai rece decat prima, dar mai senina. Practic cititul extrem: povesti muschetaresti in varianta feminina, in limba franceza, pe bancile insorite de langa Minster, printre pictori amatori, pasaroi curiosi si patratele de ciocolata cu chili. Daca nu mai am mult timp de petrecut in acest oras, macar sa ma rasfat un pic.

miercuri, 10 noiembrie 2010

10 noiembrie

The day the music died.